Ils l’ont dit ... quelques commentaires des signataires de notre pétition

, par Webmestre 3

Les mois passent et notre gouvernement ne semble toujours pas prendre conscience de la catastrophe annoncée pour l’enseignement de l’allemand en France. Pourtant ce n’est pas faute de mises en garde, comme on peut le constater à la lecture des nombreux commentaires intégrés à notre pétition. Quelques morceaux choisis parmi les milliers laissés en post ...

« Si cette mesure qui coupe l’herbe sous les pieds des entreprises françaises, s’applique, il ne faudra plus se plaindre de la faible performance de la France à l’export. »

« L’affirmation de l’amitié franco-allemande ne doit pas se limiter à de bonnes paroles hypocrites mais à des ACTES d’engagement CONCRETS de la part de nos dirigeants. »

« Nos enfants ont profité d’un enseignement de l’allemand de grande qualité. L’une d’entre elles, titulaire de l’Abibac, a poursuivi dans cette voie et ne doit son travail dans une maison d’édition qu’à sa maîtrise de cette langue, en complément du français et du néerlandais. Toute restriction est d’abord une régression. »

« Les conséquences d’une réduction toucheront non seulement les compétences individuelles des élèves, mais à la longue les relations franco-allemandes au niveau économique, politique et culturel ce qui aura des répercussions également pour l’Europe. »

« J’ai eu la chance de pouvoir faire de l’allemand dès la 6ème, avec un professeur aussi exigeant que qualifié. 30 ans après, j’en apprécie encore les effets. J’espère que la génération de mes enfants aura aussi cette chance. »

« L’Allemagne est notre premier partenaire économique. Dans nos entreprises, nous avons besoin de personnel qui maîtrise la langue du partenaire et qui comprenne sa culture. Les échanges commerciaux ne peuvent pas se faire uniquement en utilisant une langue tierce. »

« Durant toute ma carrière, j’ai été confrontée au problème de la disparition ou non de l’allemand, mon poste a été supprimé, cependant, j’ai continué à organiser contre vents et marées des échanges avec un établissement allemand. L’Ofaj exigeait de nous un travail de titan que nous avons exécuté. J’ai malheureusement l’impression que l’éducation nationale n’en a rien à faire de cette amitié franco allemande et c’est désolant ! »

« Je veux continuer d’enseigner l’allemand dans des conditions favorables pour tous mes élèves et promouvoir les échanges collectifs et individuels, réels facteurs d’ouverture et de réussite. »

« J’ai comme tous mes collègues durant des années œuvré sans compter ni mon énergie, ni mes heures de travail bénévole pour maintenir et développer l’enseignement de l’allemand pour tous les élèves quels qu’ils soient, et ce projet de réforme bafoue nos efforts ainsi que les accords internationaux signés pour le développement de l’allemand en France. »

« Inadmissible de voir qu’on glorifie d’un ton mielleux l’amitié franco-allemande et que de l’autre on ne fait rien pour améliorer son instruction en France. »

« Mère de 4 enfants qui ont tous fait de l’allemand. Ils ont bénéficié sur le plan linguistique et culturel de cette belle langue. Mon aînée a passé sa troisième année d’école d’ingénieur à Berlin, est parfaitement bilingue et n’a eu aucune difficulté à trouver du travail grâce à cet atout essentiel. Tout le monde fait de l’anglais et maîtriser l’allemand comme une deuxième langue est un plus dans un parcours étudiant et professionnel. Ne supprimons pas les classes bilingues et bilangues qui tirent nos enfants vers le haut et feront d’eux des européens mobiles. »

« Ne pas réduire comme peau de chagrin l’enseignement des langues en général et de l’allemand en particulier, c’est soutenir l’amitié franco-allemande essentielle pour l’Europe et lutter contre le chômage des jeunes, c’est aussi nous donner des armes à l’heure de la mondialisation, c’est une nécessité et non un luxe ! »

« Enseignante d’allemand depuis 12 ans, j’ai toujours enseignée en classes bilangues et toujours affectée sur deux établissements, j’ai pu suivre les élèves également en Lycée et constater les bénéfices de la classe bilangue anglais-allemand. Leur disparition serait un échec pour notre discipline qui s’est tant battue et se bat encore pour les maintenir et les promouvoir. Sur 3 établissements, comment pourrai-je m’investir de façon efficace sur le plan pédagogique ainsi que pour des projets, échanges scolaires ou voyages ?!? »

« Ce qui est gravement mis en péril aujourd’hui c’est non seulement l’apprentissage de la langue mais aussi la possibilité des échanges pour tous et donc la découverte de nos voisins, de leur culture et la construction de l’Europe en tissant des liens personnels. »

« Notre système éducatif peut-il ENFIN aussi penser aux BONS élèves qui VEULENT être tirés vers le haut, et pas sans cesse à ceux qui sont en difficulté parce qu’ils ne VEULENT pas travailler. Ce nivellement est injuste et révoltant et est en complète contradiction avec l’ouverture internationale qu’on ne cesse de mettre en avant. »

« Depuis plus de 30 ans, je lutte pour la survie de l’allemand, organise jumelages, voyages ... C’est l’engagement et le travail de toute une vie qui est remis en question. »

« Ce que propose cette réforme est tellement énorme que l’on a l’impression de rêver ! Cela bafoue le travail que font les professeurs d’allemand depuis de très longues années. La situation économique de la France est-elle si mauvaise qu’il faille éradiquer les bilangues et les sections euro pour faire des économies ? Est-ce délibérément que l’on s’attaque à l’allemand ? Je commence sérieusement à me le demander !!! »

« Mes deux enfants ont bénéficié de la possibilité d’être en classe bilingue dès la 6ème, cela leur a permis d’apprendre l’allemand et de faire des échanges avec l’Allemagne. Ils ont fait des rencontres, se sont enrichis culturellement et socialement. Ils restent en contact avec leurs correspondants, permettant que l’échange perdure. L’Allemagne est une grande partenaire de la France sur le plan économique et politique : priver nos enfants de la possibilité d’apprendre l’allemand, c’est leur ôter une corde à l’arc dont ils auront bien besoin à l’avenir. »

« Vingt ans de galère, enfin un rayon de soleil avec les classes bilangues et vous voulez tout détruire ? »

« Les classes bilangues ont permis de sauver l’allemand dans mon collège et fonctionnent maintenant tellement bien que j’ai deux groupes par niveau !!! Si on les supprime c’est une condamnation à mort de l’allemand et un mépris total de nos efforts pour faire vivre l’allemand dans nos établissements !!! »

« Avez-vous entendu parler du Traité de l’Elysée, des accords de Sarrebruck en 2004, de l’agenda franco-allemand 2020 ? Que ferez-vous des classes ABI-BAC ? De l’Université franco-allemande ? »

« Je travaille dans un jardin d’enfants allemand et ne parle qu’en français aux enfants : c’est un projet de la Sarre depuis 1998, Sarre qui prône la stratégie de la France et veut atteindre une Sarre bilingue à l’horizon 2040 ... Où en sommes-nous en France ? Je suis très attristée ! »

« C’est irresponsable ! Pourquoi plus de classes bilangues en 6° ? Pourquoi l’impérialisme de l’anglais en 6° et donc aussi pour la suite du collège ? Je suis contre cette dictature !!! Quid des classes européennes, des mentions euro au bac, des Abibacs ? »

« La disparition de l’allemand serait une catastrophe pour l’amitié franco-allemande, la France et l’Europe. Elle remet en cause la Paix en Europe voulue durable par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer qui ont signé le 22 janvier 1963 le Traité de l’Elysée ! »

« Le double langage du gouvernement - de tous les gouvernements français successifs depuis la signature du Traité de l’Elysée - est de nouveau mis en évidence : aux Allemands on dit à quel point la langue du voisin privilégié lui est chère, par derrière on fait tout pour en diminuer l’enseignement ! »

« Mettre en cause les bilangues en 6ème est un non sens et va à contre sens de la construction européenne dont nous avons de plus en plus besoin dans ce contexte international. Apprendre et parler les langues européennes, et avant tout l’allemand 2ème langue après l’anglais en Europe, pratiqué par 95 millions de citoyens européens, est le ciment du rapprochement entre les peuples. »

« J’ai effectué un bac section européenne allemand et c’est grâce à cette langue que je peux aujourd’hui trouver un emploi intéressant et qui me plait ! La France n’est pas très forte en langues, essayons au moins de les valoriser au lieu de les détruire ... »

« Je considère le sabotage organisé de l’enseignement de l’allemand en France depuis une trentaine d’année comme une des causes de l’échec du projet européen. Privilégier la langue du pays le moins européen d’Europe au dépens de la diversité linguistique et culturelle ainsi que de la plus élémentaire des logiques de voisinage et de commerce semble pour le moins absurde et suicidaire. »

« Je suis moi-même professeur d’allemand et je m’étonne fort que le Ministère, qui a pourtant lancé par le passé bon nombre d’initiatives pour la sauvegarde de l’allemand en France, se contredise de la sorte en supprimant les classes bilangues anglais allemand qui avaient pourtant pour objectif, entre autres, de maintenir l’allemand. »

« Une carrière consacrée à l’allemand, aux classes bilangues encore très actives dans l’académie .... Et tout cela pour rien ? Insupportable ! »

« J’ai étudié l’Allemand en première langue, vécue en Allemagne, passé mon DAF Test et quand je suis rentrée en France, c’est le fait de parler deux langues étrangères (Allemand et Anglais) et d’avoir travaillé à l’étranger qui m’a permis de trouver du travail. »

« Je désapprouve cette réforme, en contradiction avec l’évolution des langues et de l’Europe. C’est un camouflet à la notion du fameux couple franco-allemand, dont on nous rabâche les oreilles. Stop à la disparition de l’allemand ! »

« Depuis des années, l’enseignement de l’allemand recule, au prétexte que la langue est difficile. C’est faire fi de la richesse de la culture de notre premier partenaire économique ! Réaffirmer la nécessité du multiculturalisme et contrer l’omniprésence de l’anglais de communication appauvri qui est présenté comme langue universelle, est une nécessité vitale ! »

« Inadmissible ! Une décision totalement irréfléchie qui nous est soudainement imposée sans demander le moindre avis aux personnes concernées par cette décision catastrophique ! »

« Je suis scandalisé par ce soi-disant projet de réforme du collège. Il rendra pour les jeunes générations un apprentissage correct de l’Allemand de plus en plus difficile, voire impossible. La bonne connaissance de l’Allemagne, de ses habitants et de leur culture passe par l’apprentissage de la langue. J’ai l’impression qu’on fait tout pour vider peu à peu de son contenu le Traité de l’Elysée signé par la France et l’Allemagne en 1963. C’est un abus de pouvoir. L’ignorance de notre vaste sphère franco-allemande dans laquelle des centaines de milliers de personnes évoluent quotidiennement me révolte. N’en déplaise à certains hauts fonctionnaires parisiens, cette réalité franco-allemande qui est également linguistique, intellectuelle, culturelle, universitaire et industrielle, existe depuis 1963. Elle s’est développée grâce à un enseignement efficace de l’Allemand en France et du Français en Allemagne. De quel droit peut-on saboter ce travail d’avenir ? A qui profite le crime ? »

« Je veux être professeure d’Allemand en France. J’aime cette langue et cette culture. Je veux transmettre à des jeunes tout ce que ma professeure m’a donné. C’est une passion et c’est plus que ça ! La relation franco-allemande est l’exemple même d’une réconciliation et d’une amitié possibles ! Les générations futures ont besoin d’exemples comme celui-ci ! »

« Le but de faire disparaitre certaines matières dans notre enseignement n’est pas forcément l’économie, c’est d’abêtir nos enfants pour qu’ils ne puissent plus avoir un jugement critique sur le monde. Les élites préfèrent gouverner un troupeau de moutons plutôt que des citoyens bien informés. »

« Mes sœurs ont appris l’allemand et cela leur a été bien utile ! L’une a travaillé en trilingue à Airbus. Quant à la culture allemande, à sa littérature, elle reste de référence, me semble-t-il ! »

« Nous avons une bilangue allemand-anglais dans notre collège au CSP défavorisé. Les élèves bénéficient d’une offre linguistique supplémentaires, les cours sont appréciées des élèves et des parents. Pourquoi détruite ce qui fonctionne bien ? »

« Si l’allemand n’est plus enseigné en France, on pourra dire : tout ça pour rien. Tout ça, c’est l’Union « Européenne, l’effacement des frontières, la monnaie commune, le destin commun, tout ça pour rien. »

« J’ai découvert l’Allemagne en 1961, j’y ai trouvé ma vocation, j’ai enseigné l’allemand pendant 40 ans, j’aime cette langue, ce pays, toute ma famille y a énormément gagné et pourtant j’ai un immense regret : avoir vu peu à peu comment trop de gens ont sabordé cette langue et tenté d’anéantir les efforts de tous ceux qui se sont battus pour elle. C’est un scandale. »

« Si vous voulez que nos enfants sachent parler les langues étrangères, bravo ! Continuez à tout supprimer. Ne savez vous pas qu’en région Rhône-Alpes beaucoup d’entreprises travaillent avec l’Allemagne et que c’est un pays important dans notre Europe ! Vive l’éducation et bravo aux profs qui font tant d’efforts et malheureusement ne sont pas reconnus. »

« Ce projet est contraire aux principes maintes fois réaffirmés de favoriser l’apprentissage de l’allemand dans le cadre du traité de l’Elysée. Il sonne le glas des efforts entrepris depuis 10 ans pour réintroduire l’allemand dans le cursus scolaire avec les classes bilangues dès la 6ème. »

« Evoluant professionnellement dans un milieu international, c’est grâce à mes solides bases linguistiques germaniques acquises dans un premier temps au collège et au lycée et renforcées par la suite grâce au contact terrain de mon poste, que j’occupe une fonction source d’épanouissement professionnel depuis 15 ans ... »

« N’importe quoi cette réforme ! L’allemand est la langue maternelle de millions d’Européens !! 200000 jeunes participent chaque année aux échanges franco-allemands soutenus par l’OFAJ ! »

« Les contradictions internes du discours tenu et de la pratique exigée sont de plus en plus sidérantes (Europe, amitié entre les peuples, intégration). On dégouline de bons sentiments et on détruit ce qui aide à les mettre en œuvre. »

« Si la culture est un rempart contre la barbarie, il semble qu’il soit en train de s’effriter de manière inéluctable. En cause, la démagogie de la gente politique actuelle. Mme le Ministre, stoppez cette réforme, purement économique, qui vise avant tout un nivellement par le bas ! Il est vrai qu’on a davantage de difficultés à manipuler des citoyens éclairés … »

« Ma fille vient de passer sa certification d’Allemand en 3ème et veut partir en ABIBAC. Elle est partie 3 mois en Allemagne en 4ème. Les élèves germanistes sont des élèves motivés ! »

« Toute une carrière au profit de l’enseignement de l’allemand pour voir cela, j’ai honte ! »

« L’ai obtenu tous mes postes grâce au fait que je parle allemand. Aujourd’hui, je recrute des personnes parlant l’allemand, je n’en trouve pas ! Les entreprises françaises ont besoin de personnes parlant l’allemand. »

« La section européenne allemand m’a permis une ouverture intellectuelle extraordinaire en plus de l’apprentissage de la langue. »

« Une langue précise, structurée, qui permet de revoir sous un autre angle la grammaire française. Et une ouverture sur le monde de demain, au moins sur le plan artistique. Tout se passe à Berlin aujourd’hui ! »

« Je n’ai jamais fait d’allemand. Quand j’ai eu à choisir, j’ai d’abord pris anglais puis espagnol. Néanmoins, en progressant dans mes études, je le regrette parfois, car je vois bien à quel point la langue et la culture allemandes sont riches en références. »

« En 1966 les classes de sixième et de cinquième avaient cinq heures de 1ère langue (allemand ou anglais) par semaine ! »

« Les langues étrangères sont tellement importantes ! Ce n’est pas simplement la langue, et un moyen de communication, c’est également apprendre une autre culture par exemple. De plus, sans mes 3 heures supplémentaires d’allemand au lycée au sein de la section européenne, je n’aurais sûrement pas développé ce goût de l’histoire, ce rappel de l’importance de l’Europe face justement à cette histoire que l’on aime oublier. »

« Ce qui se passe au niveau de l’enseignement (des langues) est indignant ! Nous marchons sur la tête !!! Et que fait-on de nos élèves bilangues ? Sacrifiés au nom de la justice sociale !!! Y en a marre !!! Nivellement par le bas, encore et toujours ! »

« Un service sur 3 collèges c’est la mort de la dynamique germaniste (projets, voyages, ...). »

« Deux ans après le 60ème anniversaire du traité de l’Elysée, cette réforme apparaît comme un camouflet à tous ceux qui ont œuvré depuis des années à l’apprentissage de l’allemand et des langues vivantes en général. »

« Je me présente au concours, je veux en faire mon métier , mais j’ai l’impression qu’il va disparaître. Comment peut-on annoncer la précarité des professeurs d’allemand ? Comment peut-on empêcher les élèves d’apprendre une langue, d’avoir le choix d’apprendre la langue qu’ils veulent pour leur avenir. Ne plus enseigner l’allemand, c’est compromettre les chances de réussite de nos élèves, c’est compromettre leurs perspectives d’avenir ! Comment peut-on désirer cela ? »

« Votre décision me rend malade. Vous détruisez l’avenir de nos enfants. Wir sind für die deutsche Sprache. »

« Il n’y a aucune reconnaissance de l’Education Nationale pour TOUT le travail, l’investissement, l’engagement de ses professeurs d’allemand. Cette réforme dénigre les enseignants investis mais dénigre également les élèves et les parents de ces élèves. »

« Comment vivre les relations franco-allemandes avec une telle réforme qui contredit tous les efforts des profs d’allemand en France et aussi ceux des profs de français en Allemagne ... cette réforme est un scandale !! »

« C’est une honte de supprimer les classes bilangues et européennes !!! Elles sont une vraie avancée dans notre système d’enseignement des langues, pour lequel nous savons que notre pays est tellement en retard internationalement !!! »

« Y a-t-il un pilote à bord ? Reconnaissant que l’allemand est la première langue parlée en Europe et qu’il y a besoin de germanistes on nous a promis sa revalorisation. La bilangue a abouti à la suppression de la LV1 et à la réduction du nombre de LV2. Et maintenant on supprime les bilangues et les sections européennes au nom d’une pseudo-égalité des chances. On se moque du monde ! »

« La compétitivité de nos entreprises et de nos RH passe par la maîtrise de langues étrangères. L’ALLEMAND (avec tout ce qu’il représente en termes d’économie européenne et mondiale) est un des facteurs décisifs dans ce contexte. L’ignorer serait une très grave erreur et preuve d’irresponsabilité. »

« La suppression des classes bilangues est dommageable, sachant que la combinaison allemand-anglais favorise l’assimilation simultanée du vocabulaire et des structures linguistiques dans chacune de ces langues aux racines communes. La suppression de l’allemand renforce encore l’hégémonie de l’anglais, qui lui évolue vers un anglais « international mal maîtrisé. L’enseignement de l’anglais au primaire reste très rudimentaire et correspond au mieux à une sensibilisation. En Allemagne, à la fin du primaire (équivalent au CM1 français), les élèves ont un niveau qui est celui d’une 5e/4e en France. L’écart continuera à se creuser. »

« A l’heure de l’Europe, comment peut-on envisager une telle réforme ? Toutes ces marches en compagnie de la Chancelière étaient elles une fois de plus BIDON ? »

« Je n’ai pas réussi malgré plusieurs changements de collège à faire que mon fils bénéficie d’un enseignement de l’Allemand après la 5°. Maintenant il est lourdement pénalisé dans sa recherche d’emploi dans le Tuning Automobile. »

« En collège, j’étais en classe bilangue allemand-anglais, et en Section Euro. Nous étions un groupe plein, pas que des bons élèves, c’est un parcours enrichi, pas une voie d’élite. Je continue au lycée et c’est super ! »

« Ancien agrégé d’allemand j’ai assisté au lent naufrage de la germanistique. Je ne me résigne pas au saccage définitif de l’enseignement de l’allemand et au désastre culturel et politique qu’entraînera l’ignorance de notre voisin essentiel. »

« Une notion au programme des langues du nouveau bac s’appelle Espaces et échanges (mobilité, séjours à l’étranger, ...). C’est de l’ironie ? »

« Nous venons de rentrer d´une super semaine passée chez nos correspondants à Versailles. Les élèves en ont tellement profité qu´il ne faut surtout pas freiner un tel projet sachant que l´avenir est à la jeunesse et que ce sera à eux d´écrire un autre chapitre du livre sur l´amitié franco-allemande. L´histoire est un bon professeur, ne l´oublions pas ! »

« L’allemand a été ma 1ère langue vivante de la 6ème à la Terminale. Ensuite lors de mes études en biologie, j’ai eu la chance de travailler plusieurs mois dans un laboratoire international en Allemagne... avoir appris l’allemand pendant mon cursus scolaire a été un atout important pour avoir ce poste. Alors oui, je le dis : les classes bilingues sont un atout pour l’avenir des jeunes. »

« Professeur d’allemand moi-même, et enseignant déjà sur 2 collèges, je ne peux que déplorer cette réforme qui ne présente aucun intérêt pour les élèves, en diminuant fortement leur nombre d’heures, notamment pour les élèves de bilangue, et les privant de nombreuses possibilités d’approfondir leurs connaissances (par le biais d’échanges de type Brigitte Sauzay, de la préparation de la certification, des classes européennes...). Quel gâchis !!! Et que dire du non-respect des engagements bilatéraux entre la France et l’Allemagne ??? »

« Cette réforme signe la disparition de l’allemand ! Irresponsable alors que l’Allemagne est le 1er partenaire économique de la France et que les entreprises françaises recherchent désespérément des germanistes ! »

« Ne pas permettre des classes bi-langues, voire des classes européennes est contraire à l’idée que l’on peut se faire de la Communauté Européenne. A croire que dans notre pays nous faisons un pas en avant, pour trois pas en arrière ! L’enseignement en France s’appauvrit de jour en jour alors que chez nos voisins c’est le contraire ! Je ne vois pas pourquoi nous devrions supprimer des classes bilangues notamment d’allemand, alors que l’Allemagne est notre principale partenaire européenne. Cela ne peut qu’amener un plus ! »

« J’ai commencé l’étude de l’allemand en quatrième, 52 ans plus tard je vais toujours en Allemagne chez ma correspondante allemande et celle-ci viens chez moi. Vive l’amitié franco-allemande ! »

« Et dire qu’en Espagne, l’apprentissage de l’allemand a fait d’énormes progrès depuis quelques années ! »

« Il est indispensable pour la survie de l’allemand en France que cette réforme conserve les classes bilangues et les sections européennes. C’est un cri d’alarme qui ne doit pas se changer en cri de désespoir ! »

« Par malheur, je n’ai pas appris l’allemand en secondaire. Ce n’est qu’en études supérieures que j’ai pu en faire... mais trop tard. Je suis pétri de musique allemande (Bach, Mahler, Haydn, …), de philosophie et de littérature allemande (Luther, Hegel, Kant, …) : que de tristesse de ne pouvoir lire ces auteurs dans le texte, et de découvrir que tant d’œuvres ne sont pas traduites ou mal traduites !!! Apprendre l’allemand est plus que nécessaire ! »

« Mon fils apprend l’allemand et souhaite faire des études d’ingénieur en Allemagne plus tard, donc je pense qu’il y d’autres enfants comme le mien qui ont besoin de cet enseignement. Il faut pouvoir garder ce choix ! »

« L’enseignement des LV ne sortira pas grandi de cette nouvelle réforme qui nous fera seulement reculer davantage encore au niveau de notre déjà bien mauvaise réputation ! Quant à la maîtrise des langues vivantes, un peu de bon sens si nous voulons seulement rester en cohérence avec l’avenir de l’Europe que chacun de nous a à cœur de construire. »

« L’allemand est la langue la plus parlée dans l’Union européenne. L’Allemagne est l’économie la plus puissante d’Europe. Faut-il vraiment supprimer l’enseignement de l’allemand et en plus se camoufler pour le faire ! »

« Créée en 2012, la section bilangue de notre collège permet à des enfants très défavorisés de bénéficier de 4 ans pour l’apprentissage de l’allemand et de l’anglais. Multiculturelle, elle est un exemple du Mieux Vivre Ensemble et un réel succès : 25 élèves en 6ème. »

« C’est vraiment idiot de supprimer l’allemand LV1 je suis un bilangue 5ème et c’est très enrichissant d’apprendre cette langue !! Je VEUX pouvoir continuer !!!!! »

« C’est scandaleux qu’après des années de galère puis de remontée des effectifs, grâce en particulier aux sections bilangues le gouvernement nous sape à nouveau le travail. L’allemand au primaire a lui aussi été pratiquement supprimé avec ce même argument de la bilangue. La France n’a malheureusement jamais eu une politique des langues cohérente. Vive l’Europe !! Cohérence ??? »

« J’en ai vu des réformes ! Pas une de réellement bonne, allant dans le sens des vrais besoins des élèves ! C’est triste, n’est-ce-pas ? L’institution tient encore grâce au dévouement et à l’implication des enseignants, c’est tout ! »

« Beaucoup de communes sont jumelées avec une commune allemande il est impératif que des jeunes puissent prendre le relais de leurs aînés dans l’animation des comités de jumelage et faire perdurer l’amitié entre nos deux peuples ! »

« Fidèle à la réconciliation franco-allemande, je suis moi-même germaniste et je souhaite transmettre à mon fils l’amour de cette langue parlée dans de nombreux pays en Europe. L’allemand est un gué d’avenir qui permet aux étudiants de participer au programme Erasmus. La richesse intellectuelle de notre pays dépend de la diversité de son enseignement. Gardons notre crédibilité face à notre premier partenaire politique et économique en favorisant l’apprentissage de l’allemand. Il en va de l’avenir de notre pays. »

« Respectons les accords Franco-allemands, l’esprit du Traité de l’Elysée de 1963 et donnons à nos jeunes des opportunités réelles de pouvoir maitriser les langues pour leurs futures études et métiers »

« Ce serait tout à fait inadmissible que l’enseignement de l’Allemand disparaisse du programme. Il faudrait au contraire le promouvoir pour entretenir l’amitié franco-allemande »

« C’est ridicule, je suis germaniste au collège et je trouve l’allemand important pour beaucoup de chose : par exemple pour trouver un métier dans le commerce ou autre ... »

« A l’heure où se constitue l’Europe des nations il est inconcevable de ne pas soutenir l’enseignement de l’allemand première puissance européenne. »

« Si on perd l’allemand, on perd l’Europe. »

« Travaillant dans un groupe mondial avec des collègues allemands, il est crucial de pouvoir échanger avec eux dans leur langue maternelle ! C’est très apprécié ! »

« L’acquisition de l’allemand aide à une bonne maîtrise de l’anglais. »

« C’est scandaleux ! Autorisons la diversité et la différence de niveau entre les élèves. »

« La disparition de l’allemand dans l’enseignement en France, une catastrophe, historiquement et culturellement !!!!! »

« Mon fils ainé a trouvé son épouse et son travail en Allemagne grâce à l’apprentissage de l’allemand au primaire, au collège et au lycée (Air France puis Michelin). »

« Cette réforme est antinomique avec la volonté du renforcement d’une cohésion européenne. »

« Prof d’anglais, mes enfants ont toutes fait allemand première langue et comme moi, gardent beaucoup d’amis en Allemagne. »

« En voulant faire juste des économies, on ne contribue pas à maintenir la paix en Europe. »

« L’apprentissage des langues est nécessaire à la compréhension et à l’amitié entre les peuples et donc au renforcement de la démocratie contre tous les obscurantismes. »

« Jeune ingénieure depuis 2014, je me suis rendue compte que parler allemand couramment est un GROS avantage sur le marché de l’emploi. »

« Il faut arrêter de demander aux professeurs de langues d’atteindre des objectifs ambitieux en diminuant sans cesse les moyens en temps qui leur sont attribués. »

« Pour tous chanteurs, l’allemand est une des premières langues a travailler a cause des multitudes de mélodies écrites dans cette belle langue, ainsi que tous les opéras des grands compositeurs. »

« Non au formatage de nos enfants, à la suprématie de l’anglais. »

« Cette réforme est infâme de la part de ceux qui prétendent défendre l’école publique. Quelle déception ! Ces gens-là n’auront plus jamais mon vote. »

« Atterrée par le contenu gravissime de cette réforme qui signe l’arrêt de mort de l’Allemand et des Langues anciennes ! »

« Donnons la possibilité à chaque humain de choisir son apprentissage de langues vivantes par la diversité des choix. »

« Avec cette nouvelle réforme, notre échange scolaire avec notre ville jumelée qu’on a réanimé il y a quatre ans ne sera plus possible car ma collègue sera sur trois établissements différents. »

« A l’heure de l’Europe et d’une Allemagne puissante, décision stupéfiante ! »

« Quel est l’intérêt de ne pas privilégier l’allemand comme première langue et de ne pas continuer une politique qui a porté ses fruits ? »

« Pourquoi détruire l’enseignement de l’allemand qui est au cœur de la construction européenne ? »

« Professeur d’allemand sans avenir ... Vivement 2017 !!! »

« Il faut connaitre la langue de nos voisins et amis, la langue la plus parlée en Europe. »

« Ma fille a étudié le russe au collège ce qui l’a déjà fortement pénalisé à son entrée au lycée car cette LV2 n’existait pas cet établissement elle a choisi à son entrée l’espagnol qui lui a été refusé par manque d’apprentissage .elle a du se tourner vers l’allemand ou la elle excelle en grande débutante avec 14.5 de moyenne trimestrielle. Si vous retirez une à une les langues étrangères de l’apprentissage au collège à quoi bon une ouverture européenne des frontières et les engagements pris pour une équité des diplômes. »

« L’allemand est la langue du futur. Nos relations avec l’Allemagne sont déjà assez tangibles comme ça, quel est l’intérêt de supprimer l’apprentissage de cette langue ? Il me semble que ce gouvernement souhaite que la culture en France soit plus importante, et on veut supprimer l’apprentissage de l’allemand. Très logique ! »

« Quel décalage entre les discours officiels et notre réalité. Le prétexte : nous sommes (soi-disant) nés égaux et devons le rester. Quel décalage surtout avec l’Allemagne qui dans son dernier numéro de DE, publié par le Ministère des Affaires Etrangères, vient recruter nos élites germanistes dans les domaines scientifiques et leur offre des ponts d’or pour leurs études ! »

« Nous signons cette pétition car il nous semble indispensable que l’Allemand soit proposé à tous les élèves sur l’ensemble du territoire. De plus il est souhaitable qu’un élève s’il est volontaire puisse s’investir davantage dans langue : il ne faut pas supprimer le dispositif des classes euro mais au contraire le renforcer. »

« Ancienne germaniste 1ère langue, la disparition de l’allemand dans l’enseignement en France me parait aussi honteuse que catastrophique !!! »

« Ces classes bilangues et européennes sont la seule chance d’un minimum de mixité sociale et de survie pour des établissements comme le nôtre. Sans ces classes peu de parents ayant des enfants qui vont bien à l’école accepteraient de sacrifier leurs enfants sur l’hôtel d’un établissement en grande souffrance et étant presque le dernier de l’académie en terme de résultats au brevet des collèges. »

« J’occupe ma retraite à étudier l’allemand à l’Institut Goethe, reprenant après 40 ans l’étude de la langue qui m’avait tellement apporté alors que j’étais lycéenne ! »

Voir en ligne : Signer la pétition

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)