Enquête ADEAF sur la situation de l’allemand un an après la réforme

L’ADEAF a mené entre le 28 août et le 30 octobre 2017 une enquête nationale pour collecter des données chiffrées et des informations qualitatives portant sur les rentrées 2015, 2016 et 2017. Cette enquête a pour but de dresser un état des lieux de la situation de l’allemand à la rentrée 2017 et d’évaluer dans quelle mesure, les dispositions prises par le nouveau gouvernement ont pu, sans moyens dédiés, rétablir les sections bilangues et européennes supprimées à la rentrée 2016 et améliorer la situation de l’allemand et des enseignants d’allemand.
629 réponses nous sont parvenues de toute la France et même d’Outre-mer. Le questionnaire s’adressait aux enseignantes et enseignants d’allemand, de collège et de lycée.

Les résultats de cette enquête sont à télécharger en format pdf ou à regarder en ligne plus bas sur cette page.

En voici la conclusion :

L’amélioration que pouvaient laisser espérer les déclarations du Président de la République et les mesures assouplissant la réforme du collège n’est qu’à peine esquissée à la rentrée 2017 :

• Seulement 3 % des 6e bilangues rétablies (sur les 25% supprimées en 2016)
• Horaires d’allemand en diminution en 6e bilangue (au détriment de la parité horaire)
• Disparition de fait du parcours bilangue à partir de la 5e, l’allemand devenant LV2
• (Quasiment) pas de mise en place d’enseignements optionnels de langue et culture européenne ( ex sections européennes)
• Situation des enseignants d’allemand vécue encore très majoritairement comme négative

Si les délais de mise en œuvre des dispositifs annoncés en juin 2017 pour la rentrée de septembre, peuvent expliquer le peu d’effet des mesures prises, il n’en demeure pas moins qu’en l’absence de moyens spécifiques pour les collèges et d’une politique volontariste nationale relayée par les recteurs, la situation risque de perdurer à la rentrée 2018.

Pour l’allemand, allier le quantitatif (nombre d’élèves germanistes) et le qualitatif (heures d’apprentissage), cela passe par le parcours bilangue à parité horaire avec des moyens spécifiques attribués aux collèges pour leur mise en place de la 6e à la 3e.

La stabilisation des parcours et leur pérennisation contribuera également à améliorer la situation des enseignants d’allemand qui sont nombreux à vivre une situation incertaine, instable et précaire.

Les résultats de l’enquête

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)