Communiqué du 22 janvier 2018

Promouvoir l’apprentissage de la langue allemande

A tous les niveaux, de l’école aux formations post-bac, l’allemand apporte un plus en termes d’ouverture européenne, d’échanges, de mobilité, de stages, d’études et d’emploi.

L’Association pour le Développement de l’Enseignement de l’Allemand en France soutient et encourage les actions menées durant la semaine franco-allemande à l’occasion du 55e anniversaire du Traité de l’Élysée. Elle est notamment partenaire
-  de la brochure d’information sur l’allemand L’allemand, un plus distribuée par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et par le Goethe-Institut
-  et du concours par jeu vidéo en ligne 99 ballons ainsi que de la soirée franco-allemande qui se déroulent dans le cadre de l’année de l’Allemagne dans l’académie de Lyon.

L’ADEAF a également lancé sa propre campagne de promotion de l’allemand et du franco-allemand, et a pour cette occasion fait imprimer des milliers d’affiches http://adeaf.net/Grande-campagne-de-promotion-de-l-allemand-et-de-l-amitie-franco-allemande-une. En outre, l’ADEAF organise pour les établissements scolaires un concours d’affiches afin de promouvoir l’apprentissage de la langue de notre ami et partenaire d’Outre-Rhin : http://adeaf.net/Concours-ADEAF-2018

L’ADEAF vient de publier les résultats d’une enquête menée entre le 28 août et le 30 octobre 2017 pour collecter des données chiffrées et des informations qualitatives sur la situation de l’allemand aux rentrées 2015, 2016 et 2017 (cf. pièce jointe et http://adeaf.net/Nouvelle-enquete-ADEAF-sur-la-situation-de-l-allemand-un-an-apres-la-reforme).

D’après les données fournies par plus de 500 enseignantes et enseignants d’allemand, l’impact des mesures assouplissant la réforme du collège a été très faible et l’amélioration est à peine esquissée. Dans les collèges concernés par l’enquête, seulement 3% des sixièmes bilangues ont été rétablies à la rentrée 2017 sur les 25% supprimées à la rentrée 2016. De plus, les heures d’allemand diminuent souvent en 6e bilangue au détriment de la parité horaire et le parcours bilangue disparait de fait à partir de la 5e.

L’ADEAF en appelle au Ministre de l’Éducation nationale pour que les engagements pris soient tenus. Si les délais de mise en œuvre des dispositifs annoncés en juin 2017 pour la rentrée de septembre peuvent expliquer le peu d’effet des mesures prises, ces résultats montrent la nécessité à la fois d’un cadrage national du parcours bilangue à parité horaire de la 6e à la 3e et de moyens spécifiques pour faire véritablement évoluer la situation à la rentrée 2018.
La stabilisation de ces parcours et leur pérennisation contribuera également à améliorer la situation des enseignants d’allemand qui sont nombreux à vivre une situation incertaine et précaire et pourtant tout aussi nombreux à organiser des échanges et des voyages scolaires et s’engagent au quotidien pour l’amitié franco-allemande, à l’honneur en ce 22 janvier.

Pour le bureau national,
Thérèse Clerc, présidente

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)